Organismes en grève : encore plus occupés !

Par Colin Laverdure

Du 7 au 9 novembre, les organismes d’action communautaire autonome du Québec entier se sont unis dans le cadre de la campagne « Engagez-vous pour le communautaire ». Revendiquant reconnaissance, réinvestissement dans les services publics et meilleur financement pour leur mission, nombre d’entre eux ont voté pour deux jours d’interruption de services. Ils ont donc pu organiser un panel varié d’activités, partout au Québec, pour rappeler les difficultés vécues actuellement. L’Assemblée nationale a voté avant la fin de la grève une motion en faveur d’une partie de leurs revendications ; une petite victoire pour une campagne qui se poursuivra en 2017.

Autorités zélées durant la grève

Par Colin Laverdure

Permis, pas permis : quelle différence ?

On se demande réellement l’utilité des formulaires de rassemblement et de manifestation que la Ville exige pour chaque activité. Si certains avaient effectivement été produits dans le cadre de la grève, d’autres ont été omis ; l’omniprésence des policiers, tant aux actions « déclarées » qu’aux actions « surprises », n’était nullement modifiée par ce facteur. À quoi bon remplir un formulaire alors ?

Adoption du projet de loi 70 : une honte pour le Québec

Par Colin Laverdure

Voilà, c’est fait. Le 10 novembre 2016, le gouvernement a fini par adopter le projet de loi 70, après un an de délibération et de fortes oppositions. Faisant fi des mouvements communautaires et universitaires, 76 députés ont voté en faveur de son adoption, pour seulement 26 contre. La « Loi visant à permettre une meilleure adéquation entre la formation et l’emploi ainsi qu’à favoriser l’intégration en emploi » est donc en place. Au menu, des coupures aux effets dévastateurs pour les nouveaux prestataires d’aide sociale, signées François Blais, ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale… mais qu’en est-il de la solidarité sociale ?

Ramener l’éducation populaire à l’avant-scène

Il y a longtemps que les groupes communautaires souhaitent être reconnus par le gouvernement, ici lors d'une action du RÉPAC en 1993 célébrant le mariage de l'éducation populaire autonome et du ministère de l'Éducation.

Il y a longtemps que les groupes communautaires souhaitent être reconnus par le gouvernement, ici lors d'une action du RÉPAC en 1993 célébrant le mariage de l'éducation populaire autonome et du ministère de l'Éducation.

Par Vania Wright-Larin (*)

Lire : Étouffer la dissidence

Répression politique quand tu nous tiens

Par Marie-Ève Duchesne

Paru le 10 novembre 2016 aux éditions Lux, Étouffer la dissidence se veut un reflet des analyses de la Commission populaire sur la répression politique (CPRP). Créée autour des évènements de 2012, cette Commission a eu comme projet une consultation populaire servant à recueillir près d’une centaine de témoignages à travers différentes villes du Québec : Montréal, Gatineau, Sherbrooke et Québec. En plus de pouvoir faire un portrait historique de la répression politique des 25 dernières années, cette démarche de consultation se voulait aussi un moment pour aller à la rencontre des militants et des militantes et apprendre de leurs expériences.

Un permis pour un hôtel : c’est non !

Québec, 2 décembre 2016 – En début de semaine, Le Soleil nous apprenait que le promoteur Jacques Robitaille s’était inscrit au registre des lobbyistes. Il veut ainsi faire les «démarches auprès de la Ville de Québec en vue d'obtenir un permis de construction et d'occupation pour permettre l'érection d'un projet mixte d'hôtel et d'unités d'habitation au 800-816 côte d'Abraham à Québec, en vertu de la règlementation municipale en vigueur».

Les groupes de Québec du FRAPRU réclament la poursuite des subventions fédérales aux logements sociaux existants

Québec, 22 novembre 2016 – Les groupes de Québec du FRAPRU profitent de la Journée canadienne de l’Habitation pour réclamer que le gouvernement libéral de Justin Trudeau annonce, au plus tard lors de son budget de l’hiver 2017, qu’il poursuivra les subventions qu’Ottawa accorde depuis des décennies à 531 000 logements sociaux à travers le Canada, dont 113 650 au Québec. Ils demandent aussi que les milliers de logements dont les subventions fédérales ont pris fin au cours des dernières années puissent les récupérer.

Fermeture de la pharmacie Jean Coutu

Perte de services dans le quartier Saint-Jean-Baptiste

Québec, 2 novembre 2016 – Des résidentes dans le secteur de la rue Saint-Jean et Salaberry se disent inquiètes de la fermeture imminente d’une pharmacie Jean Coutu, située au 10 rue Saint-Jean, juste en-dessous de la résidence pour personnes âgées La Seigneurie de Salaberry.

Grève du communautaire : la revendication monétaire nationale

Le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste va participer à un mouvement de grève national du secteur communautaire les 8 et 9 novembre prochain. Après bien des calculs, les représentant-e-s des différents secteurs de l'action communautaire se sont finalement entendu sur une revendication monétaire unitaire.

Le chiffre à retenir : 475

475 millions de dollars de plus par année! C'est ce dont nous avons besoin pour financer adéquatement la mission globale des 4 000 organismes communautaire de la province!

Vers une deuxième grève du communautaire

Légende photo : C'est pas d'hier que les groupes communautaires luttent la fois pour la reconnaissance et pour un meilleur financement (ici une action du RÉPAC en 1993).

Le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste va participer à un mouvement de grève national du secteur communautaire les 8 et 9 novembre prochain. Explications.

Pages

S'abonner à Comité populaire Saint-Jean-Baptiste RSS