Par Marie-Ève Duchesne

C’est le 5 mars dernier que la Ville de Québec annonçait le déploiement d’un projet pilote de registre partagé pour le logement subventionné, afin de simplifier les démarches des citoyens et citoyennes de Québec à la recherche de ce type de logement.
Les demandes seront dorénavant soumises par le biais du portail web (alsqc.com) ou de l’un des cinq points de services et seront d’abord traitées par l’Office municipal d’habitation de Québec (OMHQ), qui a le mandat de valider l’admissibilité des demandes pour l’obtention d’un logement subventionné dans l’agglomération de Québec. Ensuite, en fonction des préférences exprimées par la personne admissible, les organismes gestionnaires de logement (COOP, OBNL ou HLM) pourront proposer les logements subventionnés disponibles.

Le registre partagé est déployé depuis le 5 mars 2018, tout comme le portail web. Il s’agit d’un projet pilote d’un an. La Fédération des coopératives d'habitation de Québec, Chaudière- Appalaches (FÉCHAQC), la Fédération régionale des OBNL d’habitation de Québec, Chaudière-Appalaches (FROHQC), Action-Habitation de Québec, Immeuble populaire de Québec et l’OMHQ ont collaboré à sa mise en œuvre. Ce seront ces organisations qui joueront le rôle de points de service dans ce dossier.

Quelques inquiétudes et questionnements toujours en suspens

Bien que l’idée de faciliter l’accès aux locataires les plus pauvres au logement subventionné soit une bonne idée, il n’en demeure pas moins que la démarche demeure toujours aussi complexe pour les locataires qui n’ont pas accès aux subventions. Verrons- nous tranquillement se dessiner un système à deux vitesses : l’un pour les locataires se cherchant un logement subventionné et l’autre pour les logements sans subvention ? De plus, pour le moment, les coopératives d’habitation subventionnées par le gouvernement fédéral ne font pas partie de la démarche. Pour un quartier comme Saint-Jean-Baptiste où près de la moitié du parc de logement social est subventionné par le fédéral, les démarches ne se retrouvent pas facilitées. Les personnes devront passer par le guichet pour les coopératives financées par le gouvernement du Québec, mais devront conserver la même démarche en envoyant les demandes dans chaque coopérative pour celles subventionnées par le fédéral.

En juin dernier, l’OMHQ avait présenté aux organismes une première mouture du projet où l’autonomie des coops était mise à mal. Si le projet pilote dans sa première mouture laissait beaucoup d’insatisfactions, cette nouvelle version semble, à priori, moins dommageable pour la démocratie interne de ces deux tenures.

Néanmoins, le Comité populaire souhaite être tenu au courant de vos expériences avec ce nouveau registre. Que vous soyez un ou une locataire à la recherche d’un logement subventionné ou membre d’une coopérative d’habitation ou d’un OSBL utilisant ce service, tenez-nous informés de vos démarches par courriel (comite.populaire@videotron.ca) ou par téléphone (418-522- 0454).

Le logement social en bref

Globalement, sur le territoire de la Ville de Québec, on recense 18 587 unités de logements communautaires et sociaux. De ce nombre, près de 10 000 sont des unités subventionnées bénéficiant des programmes Habitation à loyer modique (HLM) ou Supplément au loyer (PSL) de la Société d’habitation du Qué- bec (SHQ), auxquels la Ville est tenue de contribuer à hauteur de 10 % de la subvention totale. Pour le quartier Saint-Jean- Baptiste, on compte actuellement 1 755 ménages qui paient plus de 30 % de leurs revenus pour se loger et 785 ménages qui paient plus de 50 %.

Un guichet partagé pour le logement social en projet pilote à Québec