(La rédaction) À l’occasion de la Journée internationale des femmes, la Coalition régionale de Québec de la Marche mondiale des femmes (CRMMF) est heureuse de vous inviter à célébrer sous le signe de la solidarité féministe.

Le 11 mars 2018, une manifestation s’organise, dont le rassemblement se fera à 11 h au Cégep Limoilou (1398, 8e Avenue). La marche sera un espace mixte, donc bienvenue à toutes et à tous. La marche sera suivie par un brunch, à midi, au Centre Horizon (801, 4e Rue) – réservation nécessaire avant le 2 mars, contactez le 418-651-4280. Le brunch sera, quant à lui, un espace non mixte réservé aux femmes.

Une caravane électorale des féministes de Québec sera aussi organisée dans la journée du 8 mars par cette même Coalition.

Encore en 2018, être féministe est important parce qu’il existe encore de multiples violences contre les femmes. On l’a entendu par le biais de l’Enquête nationale sur les femmes et les lles autochtones disparues et assassinées et par la campagne #moiaussi sur les violences sexuelles pour ne nommer que ces deux exemples.

On l’a bien compris, la droite n’aime pas les femmes ! Voici seulement un avant-goût, si vous n’êtes toujours pas convaincues :
• La hausse du salaire minimum n’est toujours pas su sante ! Les femmes sont plus nombreuses à travailler au salaire minimum. La proportion a augmenté depuis 2015.
• Les organismes communautaires sont sous- nancés ! On rappelle que les femmes sont les plus nombreuses à œuvrer dans ce domaine.
• Des coupes sont faites en santé et en éducation ! Deux domaines où les répercussions se font sentir directement sur les épaules des femmes en tant qu’usagères et travailleuses. Les femmes pallient les négligences de l’État.
À l’approche des élections provinciales, les beaux discours qui réa rment que l’égalité entre les femmes et les hommes comme valeur fondamentale se feront entendre. Mais ceux-ci ne feront pas disparaître, dans les faits, les inégalités économiques et sociales que vivent les femmes.

Parce que les femmes subissent à di érents degrés les consé- quences de politiques néfastes de l’État.
Parce que nous avons beaucoup à dénoncer, mais aussi, beau- coup à proposer.
Parce qu’on veut s’assurer que les enjeux féministes trouveront écho dans les promesses électorales.
Surtout, parce qu’il est plus que temps qu’on entende les femmes.
Les féministes sont bien résolues à unir leurs voix et leur détermination a n de faire avancer leurs droits, au nom de l’équité et de la justice sociale, a n d’améliorer la société dans laquelle nous vivons.

Nous sommes et serons féministes tant qu’il le faudra !

Féministes tant qu’il le faudra !