Par Yves Gauthier

Une consultation publique sur les problèmes de circulation de la rue d’Aiguillon se tiendra en septembre prochain. C’est à la suite de représentations de résidants et résidantes auprès du conseil de quartier que des solutions possibles ont été élaborées. Celles-ci seront présentées à l’ensemble de la population, dans le cadre de la consultation, pour discussion et approbation.

Lorsque, en octobre 2003, le conseil de quartier SJB confiait à Lucien Morin et à Linda Fick la tâche de former un comité qui se pencherait sur les problèmes de circulation affectant les résidants et résidantes de la rue d’Aiguillon, il faisait là, à n’en pas douter, un choix judicieux. En effet, deux semaines plus tard, le groupe s’était déjà réuni pour chercher des correctifs.

Le principal irritant est la circulation de transit. Selon les données recueillies au cours des années, il s’avère que 50 % des déplacements automobiles dans les rues du quartier sont dus à des automobilistes qui n’ont pas affaire dans SJB. Les heures de pointe du matin et du soir sont particulièrement problématiques. Cet afflux de voitures dans un quartier résidentiel de centre-ville incommode grandement la population par le bruit, les émanations de monoxyde de carbone, le danger pour les piétons et les atteintes à la tranquillité en général. Pour le comité, une solution s’impose et elle doit être trouvée sans pour autant pénaliser indûment les résidants et résidantes des autres rues.

Au cours de la réunion du conseil de quartier du 26 mai dernier, les membres du conseil et les représentants du Service de transport de la Ville se sont entendus sur des avenues de solutions; elles devront être élaborées dans les détails par le Service des transports, et présentées à la population de SJB au cours d’une assemblée spéciale en septembre prochain.

Participer à une telle consultation citoyenne est de première importance pour celles et ceux qui veulent être entendus.

==
Extrait du numéro d'été 2004 du journal l'Infobourg.

Circulation rue d’Aiguillon - Consultation publique en septembre