Par La rédaction
photo : Fabien Abitbol

(La rédaction) La pandémie n’a pas ralenti les ardeurs de certains promoteurs. Si la toute première reprise des ouvriers de la construction a permis (enfin!) de dégager le trottoir de la rue Saint-Jean devant l’ancienne boucherie Bégin, certains résidents et résidentes ont remarqué la reprise des travaux à l’ancien immeuble Le Séjour (voir L’Infobourg de mars-avril 2020, volume 32, numéro 1, p.11).

À ce qui s’appellera désormais Ilo, rue Saint-Jean face à la rue Sutherland, il y a même eu des travaux de décapage de la façade, en profitant de la baisse du trafic automobile pour occuper la chaussée.

Le promoteur a aussi mis en place un site Internet affichant des tarifs au mois et des tarifs à la semaine. Le moins cher étant « à partir de 220$ ». Sauf que cet immeuble n’a pas d’autorisation d’hébergement de courte durée et que le zonage ne le permet pas. Suite à une remarque d'un service de la Ville, le site Internet a été modifié et, à l'heure où nous écrivions ces lignes, seuls des tarifs mensuels apparaissaient: «à partir de 995$» pour un loft, «à partir de 1295$» pour un 3 1/2, et «à partir de 1995$» pour un 3 1/2 avec bureau. Bien loin du budget de la grande majorité des personnes du faubourg! Des tarifs par ailleurs totalement disproportionnés par rapport à la clientèle précédente. À cette occasion, les résidents et résidentes de ce qui était Le Séjour ont dû quitter précipitamment les lieux à la suite d'un petit début d'incendie en sous-sol, qui avait provoqué beaucoup de fumée dans les logements, le 17 mai 2018.

Autres anomalies constatées, tant rue Saint-Jean que rue Lockwell, des banderoles annonçant que Ilo serait «Prêt pour la location été 2020» ont été apposées. Or ce type d'enseigne, temporaire, n'est pas autorisé lorsqu'il s'agit de travaux de rénovation dans le cadre d'un immeuble à usage d'habitation. La Ville a demandé que ces bannières soient retirées au plus tard le 5 juin.

Et pendant ce temps, rue saint-jean..