Par Fabien Abitbol
Photo : Fabien Abitbol

Marie-Noëlle Bellegarde-Turgeon, directrice générale de la Société de développement commercial (SDC du Faubourg) a rejoint en janvier le conseil d’administration du conseil de quartier de Saint-Jean-Baptiste (CQSJB). Elle souhaite ainsi s’impliquer davantage dans un quartier qu’elle trouve « unique dans la ville ».

Avec un baccalauréat en biologie, rien ne prédestinait Marie- Noëlle à devenir commerçante. Pourtant, c’est ce qu’elle a fait durant dix ans sur la rue Saint-Jean, face à l’école. Le nom de ce qui était sa boutique (Rose Bouton) vient évidemment de la couleur (rose bonbon), mais lui est venu à force de confectionner des bagues avec des boutons de récupération.

Mme Bellegarde-Turgeon précise qu’elle a toujours eu une volonté de s’impliquer depuis l’enfance, et qu’elle était dans des comités au secondaire. C’est donc naturellement que, lorsqu’elle tenait Rose Bouton, elle s’est aussi impliquée dans la SDC du Faubourg (également connue sous le nom de SDC Quartier Saint-Jean-Baptiste). Et la voilà depuis juillet 2018 directrice générale de la SDC.

Marie-Noëlle estime qu’avec trois forces différentes – le Comité populaire, la SDC et le conseil de quartier–, Saint- Jean-Baptiste est un quartier «unique dans la ville» et que les commerçants et commerçantes ne peuvent «pas faire fi du conseil de quartier ni du Comité populaire». Aussi, quand à l’automne 2019 le CQSJB lui a proposé un poste coopté, alors que son contrat avait été renouvelé pour trois ans, elle n’a pas hésité à en parler au CA de la SDC. La Société de développement commercial a trouvé cela «pertinent», puis a pris une résolution fin novembre, lui permettant d’être cooptée lors du CA du conseil de quartier de janvier 2020.

Il se trouve que le conseil de quartier est en train de peaufiner son plan d’action, alors que la SDC est aussi à réfléchir à sa planification stratégique. Reste à voir si les objectifs des deux organismes convergeront. Mais Mme Bellegarde-Turgeon est convaincue d’une chose : cette implication supplémentaire apportera une plus-value à son travail de directrice générale.

Dans les quartiers entourant Saint-Jean-Baptiste, trois cas de figure cohabitent : la SDC du Vieux-Québec n’est pas au conseil de quartier, celle de Saint-Roch ne siège plus au conseil de quartier mais s’y rend dans le public chaque fois que nécessaire, et à Montcalm, le directeur général est, depuis quelques années, membre coopté du conseil de quartier.

Tags:

La Société de développement commercial intègre le conseil de quartier