Par Marie-Ève Duchesne
Photo : Anne-Sophie Trottier

Elles sont trois à me présenter leurs revendications et à me parler de leur vision de l’avenir et de leur projet actuel. Elles sont trois élèves de l’école Saint-Jean-Baptiste et elles sont allumées, critiques et articulées. Elles s’impliquent au club des filles (dans le cadre des mercredis PM de leur école), animé par la YWCA, un organisme communautaire qui travaille à favoriser le bien-être, la sécurité et le plein potentiel des femmes et des filles, et qui contribue à les amener vers le meilleur d’elles-mêmes. Rencontre avec Andréa Hénon-Lévy, Annélie Malado Ba et Zélie Dubois.

Pour du compost dans les plus brefs délais

Le projet d’action communautaire porté par le club des filles vise à exiger de la Ville de Québec qu’elle instaure un système de récolte des matières compostables à domicile. Cette demande s’inscrit dans un souci de réduire la pollution plus largement. Afin d’interpeler la Ville, et plus particulièrement le maire Labeaume, elles ont peinturé un bac de récupération sur roues en brun, couleur associée aux bacs servant au compost dans les endroits où la gestion des matières compostables est possible. Ce bac a d’ailleurs été pris en photo devant l’hôtel de ville afin de mettre la pression nécessaire pour que le maire réponde à leurs questions.

Elles ont aussi produit un zine* qu’elles ont distribué dans le quartier. Ce zine avait pour objectifs d’informer la population, d’aller à la rencontre des gens et de créer des contacts. Chaque participante du club des filles y a mis un peu d’elle-même: certaines ont écrit des textes, d’autres ont fait des illustrations, un portrait du maire Labeaume ou la page couverture.

Aucune réponse du maire jusqu’à maintenant

Bien qu’elles aient envoyé une lettre et leur zine au maire, aucune réponse de ce dernier n’a été obtenue jusqu’à main- tenant. Le club des filles souhaite une rencontre avec M. Labeaume et elles se disent prêtes à poser des questions. Afin d’augmenter la pression, elles demandent à la population de contacter la Ville de Québec pour appuyer leurs revendications et demander au maire de les rencontrer. Vous pouvez le faire en appelant au 3-1-1 ou par courriel à 311@ville. quebec.qc.ca Tous les «appuis d’adultes» sont nécessaires pour lutter contre les changements climatiques, disent-elles.

Une expérience d’action communautaire

Les comités filles, comme le club des filles de l’école Saint-Jean-Baptiste, sont des projets animés par la YWCA et mis sur pied par les jeunes dans le but de trouver des solutions aux problèmes qui les touchent dans la société. Nous avons profité de l’occasion pour demander aux trois participantes rencontrées comment elles trouvent leur expérience à travers ce projet d’action communautaire.

Andréa exprime très clairement sa fierté face au projet : « On est pas mal fières de nous. Si Greta Thunberg doit être fière d’elle, nous aussi on l’est. » Quant à Annélie, la démarche semble l’avoir surprise : « Je ne m’attendais pas du tout à faire des choses aussi grandes. » Zélie aussi va dans le même sens : « Moi aussi je suis surprise de ce que l’on fait et je trouve ça vraiment le fun. »

Ne manquerait plus qu’une priorité à l’environnement soit donnée par les gouvernements pour combler de bonheur et de fierté les participantes du club des filles! En attendant, saluons cette démarche militante positive des filles de l’école Saint-Jean-Baptiste et agis- sons nous aussi. Maintenant.

*Un zine est un journal/magazine fait à la main et produit en petit nombre.

Tags:

Le club des filles se mobilise pour le compostage dans la Ville de Québec