Par Pascaline Lamare

C’est le 5 octobre que s’est tenue la troisième édition du Repair Café Québec, à quelques minutes à pied du faubourg Saint-Jean. L’occasion de remettre en marche nos objets du quotidien, au lieu de jeter et racheter.

A Québec, le projet de Repair Café s’est organisé l’année dernière via l’organisme La Patente, un atelier coopératif qui vise le partage d’expertises et d’outils. Le principe est simple : offrir un espace convivial, avec du café, où quiconque peut amener son objet qui ne fonctionne pas (réveil, cellulaire, grille-pain, cafetière, chaise, pelle d’hiver, linge, fer plat, etc.) et apprendre à le réparer grâce aux patenteux qui partagent leurs savoirs.

Qu’on se le dise : il ne s’agit pas seulement de faire réparer ce qui est brisé. Il s’agit avant tout d’apprendre à réparer soi-même, d’échanger des savoirs dans un espace convivial, et de devenir un peu plus autonome pour lutter contre l’obsolescence programmée et les montagnes de déchets que nos sociétés produisent chaque année, tout en favorisant la collaboration.

Ceux et celles qui viennent au Repair Café s’impliquent activement : on partage, on se creuse la tête, on se familiarise avec les outils et leur manipulation. On ne peut pas toujours garantir la réparation, mais, le cas échéant, les pièces peuvent être récupérées et servir pour un autre objet.

Pour en savoir plus : https://atelierlapatente.org/

Le repair café, pour apprendre, réparer et moins consommer