Par Fabien Abitbol
photo : Fabien Abitbol

À l’automne 2018, L’Infobourg annonçait qu’un taux de plomb anormalement élevé avait été constaté dans une résidence de la rue Saint-Olivier. Ces révélations en ont inquiété plus d’un.

Jean Rousseau, conseiller municipal du district Cap-aux-Diamants, s’est saisi du problème et a demandé des renseignements complémentaires. Lors de la rencontre publique de mars du conseil de quartier de Saint-Jean-Baptiste, il a annoncé qu’une campagne spécifique de prélèvements aurait lieu cet été dans le faubourg. En premier lieu, la rue Saint-Olivier fera l’objet d’analyses entre Sainte-Claire et Sainte-Marie.

Mais les résidents et résidentes du quartier peuvent profiter de l’occasion pour demander à la Ville une inspection de leur conduite d’eau. Si vous avez des inquiétudes et que vous vivez dans Saint-Jean-Baptiste, vous pouvez contacter Mme Christine Beaulieu par courriel (christine.beaulieu@ville.quebec.qc.ca) afin qu’elle inscrive votre adresse parmi celles à tester cet été. Il ne faut pas traîner, car les prélèvements sont a priori programmés pour juin. Ce prélèvement est gratuit, et les résultats de votre domicile vous seront communiqués personnellement.

Cette opération s’ajoutera exceptionnellement à la campagne annuelle traditionnelle de mesure de plomb et de cuivre qui se déroule dans toute la ville. La campagne annuelle se fait par un échantillonnage aléatoire.

En 2017, par exemple, 89 adresses avaient été contrôlées sur le territoire de Québec, dont sept se trouvaient dans Saint-Jean-Baptiste. Ces contrôles aléatoires font que, proportionnellement au nombre de résidents et résidentes, l’eau du tout petit quartier de Saint-Jean-Baptiste avait été dix fois plus testée... pourtant sans trouver de résultats anormalement élevés. En clair, tout était supposé être correct.

Sur ces 89 adresses contrôlées, une seule avait des résultats anormaux, et se situait à proximité de l’hôpital de l’Enfant-Jésus. Le règlement sur la qualité de l’eau potable oblige la Ville à mesurer la teneur en cuivre et en plomb dans au minimum 50 adresses par an.

Pour la campagne de 2018, 166 adresses ont été contrôlées (cuivre et plomb): aucune ne présentait de résultats anormaux, puisque l’adresse de la rue Saint-Olivier, dont il a été question dans L’Infobourg de l’automne 2018, faisait l’objet d’une commande spécifique, et n’était donc pas comptabilisée dans l’échantillonnage aléatoire.

PLOMB : DU NOUVEAU CET ÉTÉ