Par Méric Sauvé
Crédit photo: courtoisie

Je suis tellement triste que les élections soient déjà terminées. Je prenais grand plaisir à voir les débats de fond qui ont eu lieu tout au long de la campagne. J’ai appris tellement pendant cette campagne. J’ai appris que tous les problèmes en éducation pourraient être réglés si seulement on instaurait la maternelle 4 ans. J’ai appris qu’on pouvait nourrir trois personnes avec 75 $ par semaine, que Manon Massé ressemblait à Gandalf et que Québec solidaire avait un chef secret ayant de grands pouvoirs. Sérieusement, je ne pouvais rêver mieux quant à la qualité de l’information sur les enjeux politiques actuels ! Je ne comprends vraiment pas comment certaines personnes font pour être mal informées dans un contexte aussi facilitant au XXIe siècle.

Mais je sens qu’il y avait encore tellement de connaissances à acquérir, tellement plus à offrir. On aurait pu parler des factures de voyage du chef secret de Québec solidaire ou du passé peu glorieux d’un candidat méconnu... Je me serais même satisfait d’un autre débat des chefs. Ces débats ont été franchement rafraichissants. Voir l’élite de notre société, les gens les mieux placés pour nous gouverner tous, désireux de détenir le pouvoir, s’entrecouper pour être le premier à ne pas répondre aux questions, ce fut grandiose, splendide, merveilleux, euphorisant !

Il y avait tellement de potentiel à exploiter.

Mais soyons honnêtes, la couverture médiatique a aussi fait un excellent travail pour éviter tous les sujets qui n’intéressent personne comme l’environnement, les inégalités de richesse et les paradis fiscaux. Bravo à eux !

Mais, bon, c’est terminé, je dois vivre mon deuil. J’ai fait mon devoir citoyen et je suis fier de moi. Maintenant, je cesse de penser à la politique jusqu’aux prochaines élections en ayant la conscience tranquille puisque je suis vraiment chanceux de vivre dans une belle et glorieuse démocratie !

Éloge des élections passées