Par Fabien Abitbol

Depuis le déménagement du commerce Au Poisson d’or sur Cartier, début 2018, le local était vacant. À la fin de l’été, des travaux y ont été effectués. On pouvait espérer un nouveau commerce, mais ce n’est apparement pas le cas...

Depuis quelques semaines, d’épais rideaux rouges ont été posés derrière les fenêtres de ce qui était devenu depuis deux ans « the place to be » sur Saint- Jean pour trouver une grande variétés de poissons, fruits de mer, et crustacés, y compris sur commande. Mais Cyrice Vigneault voulait s’agrandir, et a trouvé à son goût le local laissé vacant par Francesca Rochetta lorsqu’elle est venue s’installer sur la rue Saint-Jean (salon de coiffure F & Cie). Le poissonnier est donc parti sur l’avenue Cartier.

Construit en 1910, l’édifice du 511, rue Saint-Jean, comporte deux logements en étages et un commerce. Au rôle d’évaluation de 2018, 2019 et 2020, qui date de juillet 2018 et qui vient d’être rendu public, on lit encore comme « utilisation prédominante » qu’il s’agit de « vente au détail de poissons et de fruits de mer ». La propriétaire y est mentionnée comme la même depuis septembre 1990. Par rapport au rôle antérieur, la valeur de l’immeuble (terrain et bâtiment) a augmenté de 6,15 %.

La grille de spécifications, datée du 6 juin 2018, est comme toute la zone de la SDC : sauf dérogation, un commerce est supposé être au rez-de-chaussée. En clair, cela ne peut pas être un logement (sauf changement de zonage autorisé), et il est précisé sur ce document que « la location d’une chambre à une clientèle de passage est associée à un logement ».

Pourtant, au mois de septembre, il nous est apparu que les travaux à cet endroit donnaient comme résultat un logement que l’on pourrait considérer dans le quartier comme haut de gamme, avec déjà pas mal de décorations aux murs, entre autres détails. Une riveraine qui réside sur la rue Saint-Jean et qui semble bien informée nous a également confirmé qu’il s’agira d’un logement.

À la section « Permis et inspection » de l’arrondissement La Cité-Limoilou, la réponse est claire : « La règlementation actuelle ne permet pas de modifier l’usage commercial actuel en logement sans obtenir une modification de zonage au préalable. Les travaux nécessiteraient un permis de construction qui serait refusé en fonction des dispositions en vigueur. »

Que se passe-t-il au 511, rue Saint-Jean ?