Par Pierre-Marc Daigneault

Le 26 octobre dernier, le Conseil de quartier et la Ville de Québec ont tenu une consultation publique sur l’opportunité d’interdire le virage à droite sur la rue D’Aiguillon en provenance de l’avenue Honoré-Mercier aux heures de pointe du matin et du soir, ainsi que la nuit. La proposition a été adoptée après quatre-vingt-dix minutes d’échanges intenses mais civilisés.
Après plusieurs années de luttes menées par le Comité populaire, Caroline Mongeau a décidé de reprendre le bâton du pèlerin et de s’attaquer au problème de la circulation de transit sur la rue D’Aiguillon. À l’automne 2003, au Conseil de quartier, elle déposait une pétition signée par plusieurs résidantEs de la rue. Les membres se sont prononcés en faveur d’une intervention de la Ville en vue de solutionner le problème.

Près de soixante-quinze personnes se
sont déplacées pour entendre M. Marc Des Rivières, directeur de la division des transports à la Ville, présenter les origines du problème, la situation actuelle, ainsi que les avantages et les inconvénients de la solution envisagée. Les citoyenNEs ont par la suite eu le loisir de poser des questions et d’émettre des commentaires. Une majorité claire d’intervenantEs qui se sont expriméEs, soit treize personnes, s’est prononcée en faveur de la mesure suggérée. Ces personnes, parmi lesquelles se trouvaient de nombreux parents et une représentante du Comité populaire SJB, ont estimé que leur qualité de vie et la sécurité des enfants valent bien les quelques minutes de plus qui seront éventuellement nécessaires aux résidentEs pour accéder au quartier en voiture.

Du côté des opposants, on retrouvait principalement des commerçants et l’Association des gens d’affaires du Faubourg, qui craignent que l’accessibilité réduite au quartier entraîne une diminution de leur chiffre d’affaires. Deux citoyens ont également rappelé que l’on « vit en ville » : pour eux, la circulation fait partie du décor et ne les dérange pas outre mesure.

Devant le résultat final, 13 personnes en faveur de la proposition, 7 contre et/ou ambivalentes, les éluEs du Conseil de quartier n’ont eu d’autre choix que de respecter l’opinion exprimée des citoyenNEs du quartier et de se prononcer à l’unanimité en faveur de la proposition. La division des transports fera donc une proposition de règlement afin de mettre en place la solution retenue. C’est par des gestes comme celui-là, si la Ville y donne suite, que l’on pourrait améliore la qualité de vie d’un quartier.

==
Extrait du numéro de décembre 2004 du journal l'Infobourg.

Circulation de transit : les résidentEs disent non