Manifestation familiale

(vidéo de mobilisation pour la manifestation du 6 avril.)

Le Comité populaire invite la population à participer samedi prochain, le 6 avril, à une manifestation familiale contre les coupures à l'aide sociale. Il s'agit d'une marche organisée par plusieurs groupes populaires de Québec. Le rendez-vous est à 13h30 à la Place de l'Université-du-Québec, coin Charest et de la Couronne, dans Saint-Roch.

Des coupures à l'aide sociale

Comme vous le savez sans doute, Agnès Maltais a annoncé le 27 février dernier des coupures à l'aide sociale. La Ministre de l'emploi et de la solidarité sociale, également députée de Taschereau, s'attaque aux personnes de 55 à 57 ans et aux familles ayant un enfant de 5 ans et moins. Jusqu'à maintenant, l'État reconnaissait que ces personnes faisaient face à des difficultés particulières pour (ré)intégrer le marché du travail et, en conséquence, leur reconnaissait d'office une «contrainte temporaire à l'emploi» qui se traduisait en une bonification de 129$ par mois de leur prestation de base. Prenant prétexte d'une modification du marché du travail, la ministre abolit cette mesure à compter du 1er juin 2013 et la remplace par la promesse vague d'un parcours de réinsertion. Il n'y a pour l'instant aucun détail sur ce parcours (est-ce que tout le monde y aurait droit? qu'est-ce qui se passe si au bout du parcours la personne ne s'est pas trouvé d'emploi?) mais ce qui est certain c'est que des milliers de personnes n'auront plus droit à la bonification automatique de 129$. Dans la foulée, la ministre s'en prend également aux personnes suivant une cure de désintoxication qui elles aussi recevaient une prestation spéciale dont la durée est arbitrairement réduite à 3 mois (alors qu'auparavant ça durait aussi longtemps que nécessaire).

Lutter contre la pauvreté ou contre les pauvres?

Ces coupures nous interpellent. Premièrement, il est loin d'être certain que les personnes assistées sociales dans la cinquantaine puisse réintégrer le marché du travail en criant ciseau (ni, d'ailleurs, que les employeurs veulent les embaucher). Deuxièmement, il est évident pour toutes les personnes de bonne foi que la prestation de base actuelle de l'aide sociale, 604$/mois pour une personne seule dite apte au travail, est nettement insuffisante. Un montant aussi ridiculement bas garde les gens dans la misère et les force à mobiliser toutes leurs énergies dans des démarches de survie. L'expérience de la bonification progressive de la situation des familles depuis une dizaine d'années prouve que c'est en augmentant le revenu disponible jusqu'à un niveau décent que l'on libère les énergies nécessaires pour s'en sortir. Les familles sont le groupe que le gouvernement a le plus aidé et, comme par hasard, c'est aussi le groupe dont la proportion diminue le plus rapidement à l'aide sociale.

À la limite, vouloir favoriser la (ré)insertion au travail des personnes dans la cinquantaine et leur donner un coup de main spécifique et plus soutenu pourrait être correct. L'ennui c'est que les politiques d'austérité contaminent la démarche. Si la ministre s'était contenté d'offrir des parcours vers l'emploi ciblé, personne n'aurait rien dit, ce qui est odieux c'est de couper les gens en surfant sur les préjugés puis de se rattraper en disant «mais on va leur offrir un parcours». Le jupon de la commande de coupures du ministère des finances dépasse un peu trop. C'est d'autant plus odieux qu'en parallèle, le gouvernement Marois a reculé lamentablement quand est venu le temps de demander aux riches et aux compagnies de faire un effort et de contribuer un peu plus au trésor public.

Ça nous concerne tous et toutes

À notre avis, tout le monde est concerné par ces coupures, que l'on soit à l'aide sociale ou pas. Il y a bien sur une question toute simple de solidarité humaine. Nous n'avons pas envie de vivre dans une société qui frappe sur les pauvres de cette façon. Mais il y a plus : ce genre de coupures, comme la réforme de l'assurance-emploi, aident à créer un climat qui tire tout le monde vers le bas et force les salariés à accepter tout et n'importe quoi de peur de perdre leur job et de se retrouver dans la misère.

Face à cette situation, une coalition adhoc contre les coupures s'est mise sur pied à l'initiative des groupes de personnes assistées sociales (ROSE du Nord et les deux ADDS). Le Comité populaire s'est joint cette coalition et appelle à se mobiliser pour faire reculer le gouvernement. Nous avons jusqu'au 13 avril pour le faire (après ça, les modifications proposées auront force de loi).

==> Manifestation familiale
contre les coupures à l'aide sociale

Le 6 avril 2013?Rendez-vous à 13h30?à la Place de l'Université-du-Québec?(coin Charest et de la Couronne)

==> Évènement Facebook??

Info : Marie-Ève Duchesne au 418-622-2620

??Une invitation de ROSE du Nord, de l'ADDS-QM et de l'ADDS Rive-sud et de plusieurs alliés (dont le Comité populaire).?

==> Pétition de l'Assemblée nationale
contre les coupures à l'aide sociale

Par ailleurs, nous vous invitons aussi à signer la pétition contre les coupures sur le site de l'Assemblée nationale : https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-3619/index.html

Solidaires contre les coupures à l'aide sociale