Plus de 300 personnes ont participé à la traditionnelle marche du Premier mai dont le rassemblement se tenait dans Saint-Jean-Baptiste cette année. La marche était organisée par la Coalition de Québec-Chaudière-Appalaches opposée à la tarification et la privatisation des services publiques. Photo: Étienne Grandmont.

Des militants et militantes passent à l’action

Par Nicolas Lefebvre Legault

La Coalition régionale opposée à la tarification et à la privatisation des services publics est passée à l’action, deux fois plutôt qu’une, contre le budget.

« Les miettes, c’est pour les pigeons »

Le jeudi 31 mars, une vingtaine de militants et militantes s’est pointée au bureau du député de Charlesbourg, M. Michel Pigeon, et l’a littéralement fermé grâce à une action directe non-violente et dérangeante. En effet, une grande quantité de croûtons à l’ail et de graines de tournesol a été répandue sur le sol tandis que les gens scandaient « les miettes c’est pour les pigeons, pas pour la population », ce qui a forcé la fermeture temporaire du bureau. Un geste à la fois symbolique et efficace pour protester notamment contre la hausse des frais de scolarité.

Un budget qui brûle les doigts

Quelques jours plus tard, le 4 avril, c’était au tour du député de Jean-Talon, M. Yves Bolduc, de recevoir la visite de la Coalition. Cette fois, environ 75 militants et militantes ont participé à un 4 à 7 coloré devant le bureau, au cours duquel le budget a littéralement été brûlé par la foule. La cible cette fois était plutôt la taxe santé, dont le retrait est demandé.

Hausser le ton

À ceux et celles qui s’indignent, sur certains postes de radio, du recours à ce type d’action « dérangeante », la Coalition rappelle le caractère non violent et ciblé des activités. On argue également que, puisque le gouvernement ignore les grandes manifestations populaires (plus de 50 000 personnes à Montréal, dont 700 de Québec, le 12 mars dernier), il est pertinent de hausser le ton. De plus, les gestes plus traditionnels, comme les conférences et communiqués de presse, ont été complètement ignorés par les médias jusqu’à maintenant.

« Il faut empêcher ce gouvernement de démanteler nos programmes sociaux et lui rappeler que l’éducation et les soins de santé sont des droits. Les mesures d’austérité annoncées dans les derniers budgets affecteront tout le monde : les hommes et les femmes de la classe moyenne, les ménages les plus modestes, les étudiants et les étudiantes, comme les personnes âgées. C’est inacceptable », indique Nathalie Côté, porte-parole de la Coalition.

La Coalition régionale opposée à la tarification et à la
privatisation des services publics regroupe 47 syndicats,
groupes populaires (dont l’éditeur de L’Infobourg), associations étudiantes et groupes de femmes. C’est elle qui a organisé la manifestation du Premier mai qui a eu lieu dans le faubourg cette année.

==
Extrait du numéro du printemps 2011 du journal l'Infobourg.

Colère contre le budget