L’éducation et sa tarification ne concernent pas que les jeunes qui sont actuellement sur les bancs d’école et leurs parents ; elles interpellent toute la société. Selon la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), c’est faire preuve de myopie de ne voir seulement que les bénéfices individuels liés à l’éducation. « L’éducation universitaire est rentable! », tonne la Fédération dans ses publications. En effet, une économie comme celle du Québec ne peut se passer de ses universitaires. Outre le fait que la majorité des nouveaux emplois demandent une formation universitaire, à l’heure d’une pénurie de main-d’œuvre annoncée, le Québec ne peut se passer de la productivité accrue associée à l’éducation postsecondaire, ni, d’ailleurs, de l’apport de ces diplômés aux finances publiques (33 % de l’impôt sur le revenu vient des 15 % de contribuables qui ont un diplôme universitaire en poche).

Indépendamment de cette logique un peu comptable, disons-le, l’éducation a d’autres finalités tout aussi importantes pour la société. Pour l’Institut de recherche socio-économique (IRIS), « la place de l’université dans la société d’aujourd’hui est remise en question par la baisse constante du financement de l’État ». Pour cette « boîte à idées progressiste », qui s’est longuement penchée sur la question, « la formation postsecondaire est reléguée à un rôle d’investissement individuel dans son capital humain, ce qui participe de la marchandisation croissante du savoir universitaire?». Pourtant, nous dit-on, « le rôle de l’Université dépasse la stricte formation de la main-d’œuvre, il s’agit également d’un milieu de socialisation, de débats, de recherches et d’avancements ». L’Université, donc, en plus d’être rentable a une utilité sociale indéniable.


Photo: Paul-Émile Auger


Références

ASSÉ (2009). Mémoire sur l’Aide Financière aux Études.
En ligne : www.asse-solidarite.qc.ca

Daoud, M. et P. Hurteau (2007). Gratuité scolaire et réinvestissement postsecondaire : trois scénarios d’application. Montréal, Institut de recherche et d’informations socio-économiques, octobre 2007.
En ligne : http://www.iris-recherche.qc.ca/publications/gratuite_scolaire_trois_scenarios_d8217application

FEUQ (2010). Sources et modes de financement des étudiants de premier cycle.
En ligne: www.feuq.qc.ca.

Hurteau, P. et E. Martin (2007). Tarification de l’éducation postsecondaire ou gratuité scolaire? L’abolition des frais de scolarité est économiquement viable et plus équitable au plan social. Montréal, Institut de recherche et d’informations socio-économiques, janvier 2007.

En ligne : http://www.iris-recherche.qc.ca/publications/tarification_de_lducation_postsecondaire_ou_gratuit_scolaire

==
Extrait du numéro du printemps 2011 du journal l'Infobourg

Dossier éducation | Une question sociale