Par Mathieu Houle-Courcelles

Dans le cadre des travaux de réfection entrepris sur la rue d’Aiguillon, la Ville de Québec a présenté deux scénarios au conseil de quartier Saint-Jean-Baptiste concernant le tronçon compris entre les rues Sainte-Claire et Deligny.

Le premier scénario prévoyait l’élargissement du trottoir du côté nord afin de donner un caractère plus piétonnier à ce segment de la rue. Pour réaliser cet aménagement, une dizaine de cases de stationnement auraient été éliminées. C’est finalement le deuxième scénario, celui du statu quo, qui a été privilégié, notamment parce qu’il s’est avéré impossible de récupérer des cases de stationnement ailleurs dans le quartier pour compenser celles perdues sur d’Aiguillon (une demande formulée par les membres du conseil de quartier).

Deux modifications seront néanmoins apportées sur cette portion de la rue : un « marquage distinctif » de l’intersection Sainte-Claire et d’Aiguillon, pour sécuriser les piétons qui emprunteront la rue partagée à l’approche de la rue d’Aiguillon, et une amélioration de l’arrêt d’autobus au coin des rues
Deligny et d’Aiguillon, de façon à pouvoir aménager une zone d’attente pour les usagers du transport en commun. Pour y arriver, la Ville procèdera à des gonflements de trottoirs, ce qui entraînera la perte d’une case de stationnement près de la rue Sainte-Claire.

Il va sans dire que ces propositions sont loin de satisfaire les demandes du comité Action d’Aiguillon et du Comité populaire Saint-Jean-Baptiste puisqu’elles n’amènent aucune nouvelle mesure concrète pour lutter efficacement contre la circulation de transit, ce qui était pourtant l’un des objectifs du réaménagement de la rue d’Aiguillon.

==
Extrait du numéro de décembre du journal l'Infobourg.

Statu quo sur d’Aiguillon