Par Mathieu Houle-Courcelles

Le 23 novembre dernier, une délégation du quartier Saint-Jean-Baptiste déposait aux personnes élues de l’arrondissement La Cité-Limoilou une pétition de 311 noms exigeant le rétablissement immédiat des services de brigadier scolaire à l’école Saint-Jean-Baptiste.

Depuis le mois de septembre 2009, la Ville de Québec n’assure plus le service de brigadier scolaire après 16h00 au coin des rues d’Aiguillon et Deligny. Cette situation nuit considérablement à la sécurité des enfants qui fréquentent l’école primaire, mais également à tous les piétons qui traversent ce coin de rue achalandé. À la municipalité, on nous indique que cette décision controversée a été prise par le service de gestion du territoire « par souci d’équité » puisque d’autres écoles auraient manifesté le désir de voir le service de brigadier scolaire se prolonger sur les heures du service de garde. La porte-parole de la Ville de Québec, Mme Marie-Christine Magnan, indique que cette coupure met fin « à une disparité », sans toutefois être en mesure de chiffrer précisément les coûts supplémentaires qu’impliquait la prolongation des heures des brigadiers scolaires.

Un parent, M. Jean Deslauriers, a entrepris de convaincre la Ville de rétablir ce service essentiel. Selon ses observations, plus de 400 véhicules circulent sur la rue d’Aiguillon entre 16h00 et 17h00. À peine la moitié des conducteurs respectent la signalisation routière en effectuant un arrêt complet de leur véhicule face à l’école primaire. Près de 10% des conducteurs passent tout droit, sans même ralentir, soit l’équivalent d’un véhicule à toutes les deux minutes. M. Deslauriers a reçu l’appui du Conseil de quartier, du comité Action d’Aiguillon et du Comité populaire Saint-Jean-Baptiste, qui l’ont soutenu dans ses démarches.

Considérant l’importante circulation sur la rue d’Aiguillon et les risques élevés d’accidents, le service de brigadier scolaire est essentiel. Les élus municipaux semblent avoir compris le message, mais au moment d’écrire ces lignes, aucune mesure concrète n’avait été prise pour remédier à la situation. Un comité de travail, regroupant des responsables de plusieurs services municipaux (aménagement et gestion du territoire, policiers, etc.), vient d’être mis sur pied pour revoir la politique de la Ville en la matière. Le comité doit remettre son rapport au courant de l’hiver au comité exécutif et ce rapport sera ensuite déposé au conseil de ville. Un dossier à suivre de près!

==
Extrait du numéro de décembre du journal l'Infobourg

Un brigadier à l’heure de pointe : ça presse!