Par Mathieu Houle-Courcelles

On a souvent l’impression que l’histoire se répète. Ce n’est pas tout à fait faux, du moins en matière d’aménagement urbain au centre-ville de Québec. Depuis ses débuts, l’Infobourg suit de près les projets déposés par les promoteurs immobiliers et analyse leur impact sur la qualité de vie des résidants et des résidantes de Saint-Jean-Baptiste. Nous avons eu l’idée de ressortir, sous forme de chronique, des articles tirés de nos pages qui font écho aux débats actuels dans notre quartier.

Il y a vingt ans, on ne parlait pas encore d’un Programme particulier d’urbanisme pour la colline Parlementaire. Mais les projets immobiliers format géant se succédaient le long du boulevard Saint-Cyrille (devenu le boulevard René-Lévesque en 1992). Sur l’îlot Berthelot (là où se trouve aujourd’hui le chantier de la coop l’Escalier), on projetait même de démolir une quarantaine de logements et de détruire le parc pour permettre la construction d’un nouvel hôtel. Le Comité populaire intervient alors pour questionner les orientations prises par la Ville concernant l’aménagement du secteur et invite les gens du quartier à se mobiliser. Et comme c’est souvent le cas, cela commence d’abord par un article… dans l’Infobourg!

Sur Saint-Cyrille
Naguère on nous érigeait des tours, maintenant on nous
construit des murs

Prenez le Complexe G, couchez-le vers l’ouest et vous aurez le nouveau siège social de la compagnie La Capitale sur le boulevard Saint-Cyrille (coin Scott).

Ça fait moins d’ombre, mais ça bloque les perspectives. Après 5h le soir, ce sera comme aux abords du « G » ; on ne s’y promènera pas, à moins de ruminer des idées noires.

Ce nouveau coup de génie de nos planificateurs a été annoncé en septembre dernier en pleine euphorie électorale par messieurs Pelletier, Rémillard et Leroux (qui apportaient au projet l’aval de la corporation d’aménagement du Bon Pasteur).

Veut-on vraiment d’un boulevard à deux niveaux,
« plate », ou d’un boulevard animé, commercial et habité (ce n’est pas du tout incompatible)? Le complexe Bon-Pasteur est-il condamné à rester une enclave résidentielle ou ne serait-il pas le départ d’un nouveau quartier vivant, le faubourg St-Louis? La commercialisation de la rue Scott, est-ce vraiment souhaitable?

Autant de questions auxquelles le Comité populaire veut apporter des réponses. Il est grand temps de s’occuper de ce dossier, car jusqu’à maintenant, rien n’est coulé dans le ciment. Nous avons une solution de rechange qui pourrait plaire à tous, nous croyons. Venez vous informer le 10 octobre (lors de notre assemblée générale).

L’Infobourg, vol. 3, no. 2, octobre 1989, p. 1.

==
Extrait du numéro d'octobre 2009 du journal l'Infobourg.

Chronique historique - Hier encore, dans les pages de l’Infobourg...