Par Nicolas Lefebvre Legault

Pierre Bernier, alias Pierrot Vélo, se présente comme candidat à la mairie de Québec. Qu’est-ce qui a bien pu pousser une personnalité bien connue du faubourg à faire le saut? L’Infobourg a voulu en savoir plus.

Pas Rhino
À priori, la plupart des gens pensent spontanément à une blague quand ils savent que Pierrot Vélo –c’est son nom de mime depuis plus de 20 ans– se présente à la mairie. Pourtant, le principal intéressé jure que non. «C’est pas rhino, c’est vélo! Ma candidature est tout à fait sérieuse, nous dit-il en entrevue. Ça fait 30 ans que je montre l’exemple et que je me bats pour le vélo utilitaire. Les élections me fournissent une belle tribune, l’occasion de dire «Youhou! On est là» et de poser un geste positif.»

Selon le proprio du Muséovelo, sans la conjoncture particulière d’une élection partielle, il ne se serait pas présenté. «Ce que je sens, c’est que l’électorat a déjà choisi ses élus, dit-il. Moi, je me propose comme représentant, la ville ce n’est pas juste le maire. Je pourrais harmoniser l’équipe pour que la ville roule bien… je serais sûrement le maire le plus différent de l’histoire de la planète!»

La place du vélo
Pierre Bernier se présente pour faire avancer la cause du vélo. «Les cyclistes n’ont pas de place: sur la rue, ils se font klaxonner, sur le trottoir, ils se font engueuler, illustre-t-il. Moi, je veux que les vélos aient une place à Québec.» Concrètement, le candidat a plusieurs projets en tête. Il souhaite entre autres étendre le réseau de pistes cyclables, peindre un couloir «vélo» sur la chaussée (comme à Montréal) et expérimenter des pistes à contresens de la circulation sur des rues comme Saint-Jean et Saint-Joseph. Selon lui, pour faire de la place aux autres, il faut tasser un peu les chars. D’ailleurs, toutes les améliorations proposées seraient financées directement par les automobilistes à même les tickets récoltés par une application plus sévère des règlements municipaux.

A-t-il une chance? «Si le vote des pollueurs est divisé et que tous les écolos votent pour moi, on pourrait avoir des surprises…», lance-t-il songeur. Ceci dit, indépendamment du résultat final, Pierre Bernier espère que suffisamment de gens voteront pour lui pour que ça ajoute du poids à la cause du vélo et de l’environnement. S’il réussissait à s’imposer comme la conscience environnementale de ce cirque, ce serait déjà beaucoup.

==
Extrait du numéro d'octobre 2007 du journal l'Infobourg.

Le candidat à vélo