par Marline Côté et Marcel Poliquin
(en collaboration avec Marie-Josée Renaud)

Augmentation de la circulation dans les rues attenantes ou perte d’espaces de stationnement dans l’ensemble du quartier, les arguments contre une réappropriation de la rue Saint-Jean par les piétons ne font pas le poids devant la volonté citoyenne. Une très forte majorité de citoyen-nes et de commerçant-es de la rue Saint-Jean aimeraient voir la rue Saint-Jean devenir piétonne au moins une journée par semaine pendant la période estivale, confirme un sondage de l’Infobourg.

Deux cent passant-es de la rue Saint-Jean et cinquante commerçant-es ont répondu à la question suivante : «Seriez-vous d’accord pour rendre la rue Saint-Jean piétonne une à deux journées par semaine pendant l’été (du 23 juin à la fête du Travail)? » Parmi les passant-es, 79,4 % se sont déclaré-es en faveur d’une telle innovation; 65,9 % pour la fin de semaine complète et 13,5 % pour le dimanche exclusivement. Seulement 3,7 % des répondant-es se sont complètement opposé-es à l’idée, alors que 4,2 % ont préféré s’abstenir. 27 personnes ont été plus audacieuses que l’Infobourg, avançant elles-mêmes l’idée de fermer la rue en tout temps.

Des commerçant-es divisé-es
Les résultats les plus étonnants nous viennent des commerçant-es, alors que 38 sur 52 (73 %) aimeraient bien couper la circulation aux voitures au moins une journée par semaine. Cette opinion est non seulement celles des propriétaires de bars et de restaurants, mais aussi par les propriétaires de boutiques de vêtements, de bijoux et de cosmétiques, les libraires et les disquaires. « Moi-même, je suis résidante et j’aimerais ça », indique la propriétaire de Motus Coiffure. « Ce serait ben l’fun », renchérit Sylvain Duchênes, de la boutique l’Un et l’Autre. Quand ils s’opposent à l’idée, les entrepreneur-es de la rue Saint-Jean craignent de ne pas recevoir leurs livraisons ou de perdre de la clientèle.

Pourtant, la rue pourrait n’être piétonne que les soirs et le dimanche, soit durant des périodes où la majorité des commerces non-restaurateurs sont fermés.

Soulignons qu’entre Turnbull et Honoré-Mercier, la rue Saint-Jean est déjà fermée au moins trois fois par année, pendant la Fête du Faubourg, le Faubourg en fleurs et la fête Arc-en-ciel. Des événements toujours couronnés de succès.

Un processus long, mais concevable
La fermeture de la rue Saint-Jean à la circulation automobile est envisageable, estime Pierre Maheux, le conseiller municipal du district. Les défenseurs du projet devront toutefois s’atteler : le processus sera long et fastidieux.

« Un tel projet doit passer sous la loupe du Conseil d’arrondissement et de la Ville de Québec, explique-t-il, et il y a de fortes raisons de croire qu’il susciterait des débats intenses. » La construction de stationnements supplémentaires dans le quartier et les mesures à prendre pour assurer une circulation sécuritaire sont au nombre des nombreuses questions à évaluer dans l’étude de faisabilité.

Quoiqu’il en soit, un premier pas a été franchi et l’idée d’une fermeture de la rue Saint-Jean est sur le tapis. Le Conseil de quartier Saint-Jean Baptiste étudiera en effet la question, comme l’indique son plan d’action 2006-2007. « Nous n’avons encore aucun projet concret mais nous avons voté l’étude de la faisabilité », explique Alain Marcoux, président du Conseil de quartier. Il n’en tient donc maintenant qu’aux citoyen-nes de prendre part aux débats… et à M. Maheux de s’engager avec eux et elles!

==
Extrait du numéro d'été 2006 du journal l'Infobourg.

Sondage exclusif - La rue Saint-Jean piétonne : 81,9% disent OUI !