par Marline Côté

Avec Jardins secrets du Faubourg, jamais l’Observatoire de la Capitale n’a reçu autant de visiteurs et de visiteuses venu-es spécialement pour contempler une de ses expositions. À sa première exposition solo d’envergure, l’artiste-photographe Étienne Boucher, 28 ans, auteur du projet, se dit lui-même surpris. L’Infobourg s’est entretenu avec lui de son cheminement d’artiste et de ses ambitions. Entrevue.

D’où est venue l’idée de monter une telle exposition ?
C’est Yves Gauthier, un de mes amis, qui a eu l’idée. On a repéré des cours qui nous plaisaient, à regarder par-dessus les clôtures, au travers des grillages. J’ai vite compris le potentiel photographique autour du concept de lieux fermés, mais aussi le message social qui pouvait être véhiculé.

C’est d’ailleurs ce discours de réappropriation du quartier par les résidant-es qui a retenu l’attention dans les médias…
Il faut dire que l’idée est plutôt inusitée. Je mets en valeur des espaces qui ne sont pas ouverts au public. Beaucoup d’autres photographes ont exploré Québec, mais sous l’angle historique, touristique. Peu se sont intéressé-es à des quartiers plus résidentiels comme Saint-Jean-Baptiste.

Qu’est-ce qui vous passionne exactement dans la photographie?
Je dirais la lumière. Comprendre la lumière et ce qu’elle peut apporter au sujet. Essayer de créer des ambiances. J’aime les différentes couleurs de la lumière pour travailler avec les contrastes. La lumière est un leitmotiv dans mon travail et d’ailleurs ça s’observe dans Jardins secrets.

Peut-on vivre de la photographie à Québec?
J’ai toujours réussi à vivre de mon art jusqu’à maintenant. Je délaisse des choses plus « alimentaires » c’est sûr. Mais je crois qu’on peut toujours arriver à se trouver quelque chose, même si on n’est pas dans un gros marché. À un moment donné, il faut avoir confiance un peu, non? La vie est belle après tout!

Être photographe : métier ou mode de vie?
Au quotidien, le photographe en moi est toujours présent. Je demeure sensible à la lumière surtout. La lumière. Je reviens tout le temps à ça. Avec l’expérience, je deviens plus sensible aux ambiances, aux lignes, aux contrastes de couleurs... Je fais des cadres dans ma tête, même lorsque je ne prends pas de photos.

Suite à l’engouement pour Jardins secrets du Faubourg, l’idée court au sujet des « ruelles de Limoilou ». Rumeurs ou vérités?
Avec Yves, on pense en effet faire quelque chose avec l’arrondissement de Limoilou. Mais l’idée est encore très vague. Je n’ai pas de plan concret. Ce qui est sûr, c’est que je vais diriger une expo multimédia sur le Vieux-Port de Québec pour les fêtes du 400e. J’aimerais offrir une vision autre qu’historique du port. Il y a beaucoup de potentiel. J’ai hâte de commencer.

==
Extrait du numéro d'été du journal l'Infobourg.

Entrevue avec Étienne Boucher, artiste-photographe