Tout ce qui concerne le logement.

Un quartier n’est pas éco, sans logements sociaux !

Lettre ouverte des groupes membres du FRAPRU à Québec en réaction à la reprise de contrôle du développement du futur écoquartier de la Pointe-aux-Lièvres par la Ville [texte publié dimanche dans Le Soleil].

L’autre visage de Québec : un dossier des groupes membres du FRAPRU à Québec

 

.

À en croire les médias et les politiciens, Québec va bien. Presque trop bien. Les emplois sont nombreux, les propriétés prennent de la valeur, les mises en chantier sont abondantes. Le dossier que vous avez entre les mains a été construit à partir des présentations de 22 organismes et d’une douzaine de locataires de la région qui ont accepté de témoigner le 5 novembre dernier lors du passage à l’École nationale d’administration publique (ÉNAP) de la Commission populaire itinérante sur le droit au logement. Vous y découvrirez l’autre visage de Québec. Celui d’une ville aux prises avec une pénurie de logements locatifs depuis plus de dix ans, une spéculation galopante et une surabondance de condos. Une ville où les pauvres se font tasser dans les coins et où il est de plus en plus difficile de faire respecter le droit au logement. Au sommaire (HTML) :

Les écoquartiers et nous

Récemment, le Conseil de quartier Saint-Jean-Baptiste lançait une proposition pour faire de Saint-Jean-Baptiste un «écoquartier urbain» (voir ici pour la proposition et ici pour l'article du Soleil). Le débat est lancé, voici une modeste contribution pour alimenter votre réflexion.

* * *

Coopérative l'Escalier


>> Pour tout savoir sur le chantier de l'Escalier... (un blogue à découvrir)

Esquisse de l’élévation sur René-Lévesque. Source: www.lafondcote.com

.

Le chantier de la Coopérative l’Escalier, sur l’Îlot Berthelot, progresse très bien. Les nouveaux locataires sont en effet attendu pour l'été 2010.

Projection du film Au pied du mur le 29 mai

Cabane à sucre à saveur sociale dans Saint-Jean-Baptiste

Québec, 7 avril 2013 - Le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste a organise aujourd'hui une cabane à sucre au parc Berthelot pour discuter d'enjeux de quartier avec la population locale.

Fin des subventions fédérales aux logements sociaux existants

Le FRAPRU visite les bureaux des ministres conservateurs

Une fleur pour le ministre from Comité populaire SJB on Vimeo.

(26 mars 2013) Des dizaines de membres du Front d’action populaire en réaménagement urbain ont visité ce matin les bureaux des ministres conservateurs Christian Paradis, Steven Blaney [photo] et Denis Lebel, situés respectivement à Thetford-Mines, Lévis et Roberval, à l’occasion de manifestations surprises. C’est pour réclamer que le gouvernement Harper annonce, de toute urgence, la prolongation des subventions versées aux locataires à très faible revenu qui demeurent dans 127 000 logements sociaux à travers le Québec que le FRAPRU a décidé d’organiser ces actions.

Pénurie envahissante

On le sait, Québec vit une sévère crise du logement depuis plus de dix ans maintenant. Son taux de logements inoccupés n’a jamais dépassé 2 % depuis l’an 2000, alors que le taux d’équilibre se situe à 3 %. Ce que l’on sait moins, et que la diversité de groupes présents à la Commission populaire itinérante a permis d’illustrer, c’est que la pénurie affecte tout le monde, partout.

Pauvreté et exclusion

Urgences sociales

Contrairement à la croyance populaire, la pauvreté est présente sur l’ensemble du territoire de la ville de Québec, tant dans les quartiers centraux que dans les banlieues et touche environ 10 % de la population. Des groupes de la plupart des quartiers sont venus témoigner essentiellement de la même réalité : les loyers sont partout trop chers et les gens n’arrivent pas. Il manque cruellement de logements sociaux. Sous ce portrait général se trouvent toutefois des situations spécifiques qui relèvent carrément de l’urgence sociale.

Discrimination et déni de droits

La crise du logement permet aux propriétaires d’être particulièrement sélectifs dans le choix de leurs locataires, un ancien itinérant soulignant même que l’apparence physique jouait un rôle non négligeable lors d’un entretien de location.

Pages

Logement

S'abonner à RSS - Logement