Par Marie-Ève Duchesne

Nom : François Marchand
Parti : Indépendant
Lieu de résidence : près de la rue Cartier
Moyen de transport favori : un mélange d’autobus et de voiture
Endroit préféré dans le quartier : L’épicerie européenne et le CRAC

Quelle priorité pour un quartier comme Saint-Jean-Baptiste ?

Pour M. Marchand, la priorité pour le quartier, c’est la qualité de vie résidentielle et le design urbain. Selon lui, il faut aménager le quartier pour que les gens veuillent demeurer en ville. Les services de proximité et la protection du parc locatif sont des moyens qui peuvent améliorer la qualité de vie résidentielle. En ce qui concerne le design urbain, M. Marchand souhaite remettre de l’avant l’enfouissement des fils et trouver des moyens pour contrôler le bruit. M. Marchand dit ne pas aimer les graffitis. Saint-Jean-Baptiste mérite un beau quartier.

Quelles réponses données face aux revendications du Compop ?

Pour M. Marchand, il faut avoir une mixité d’habitation sur le terrain de l’ancien Patro Saint-Vincent-de-Paul. Il imagine très bien un mélange de logement social et de logement privé. Ce projet permettrait de redynamiser le bas du faubourg et de faire un lien entre la Haute-Ville et la Basse-Ville. M. Marchand n’est pas certain que des commerces auraient leur place à cet endroit, mais un projet de jardin et de parc pourrait très bien s’y ajouter. Un belvédère serait aussi de mise.

Pour ce qui est des rues partagées, le candidat se présente comme un grand partisan. Selon lui, tout le monde devrait avoir sa place dans les rues. Les rues partagées peuvent entraîner une baisse des voitures, une baisse de la circulation automobile, donc moins de bruits et de pollution. Les rues partagées sont propices pour des fêtes de quartier. M. Marchand trouve le 2e projet de rue partagée du Compop très intéressant.

En ce qui concerne la limite de vitesse, M. Marchand pense qu’il ne faut pas juste abaisser la vitesse, mais aussi penser des aménagements pour que l’automobiliste ralentisse. Il ajoute aussi croire beaucoup en l’autopartage (style Communauto).

Dans le dossier de l’hôtellerie illégale, le candidat croit qu’il faut un grand ménage avec des règles claires et appliquées, qui auront été établies en dialogue avec les citoyens et citoyennes. Cela ne veut pas dire qu’il faut tout interdire, mais il faut protéger le parc locatif et empêcher la détérioration du quartier.

Pour terminer, le candidat croit qu’il faut des règles plus souples afin de faciliter les manifestations et le droit à l’expression. Il trouve tout de même cet enjeu difficile à répondre concernant les manifestants et manifestantes qui se couvrent le visage. Selon lui, les intentions de ces personnes ne sont pas toujours bonnes et elles viennent nuire au message.

Entrevue avec François Marchand, candidat indépendant