Par Vincent Baillargeon

Ilot Saint-Vincent-de-Paul

En juillet dernier, les modifications apportées au Programme particulier d’urbanisme (PPU) de la colline Parlementaire permettant à la Ville de se porter acquéreur de terrain sont entrées en vigueur. C’est dans ce sens que la Ville de Québec a annoncé le 14 septembre dernier qu’elle entame les procédures pour acquérir, de gré à gré ou par expropriation, l’îlot Saint-Vincent-de-Paul. Selon le communiqué émis par la Ville de Québec, il y a un désir d’intervenir rapidement afin « que [ce terrain] retrouve un aspect reflétant tous les efforts mis à la préservation du patrimoine et au rayonnement de notre ville ».

De plus, le 25 septembre, l’équipe Labeaume, lors d’un point de presse, a promis de transformer en parc le terrain situé dans la côte d'Abraham, et d'y greffer une remontée mécanique pour faciliter les déplacements des piétons et des cyclistes entre la Basse-Ville et la Haute-Ville.

Le Comité populaire se réjouit que la Ville se porte acquéreur de ce site pour y donner une vocation sociale et du même coup d’y greffer un lien mécanique. Marie-Ève Duchesne, permanente au Comité populaire Saint-Jean-Baptiste, rappelle que l’an dernier, « 380 répondants et répondantes ont donné leur avis par le biais d’une consultation organisée par le Compop et ce que les gens veulent, c’est un parc, du logement social et un jardin communautaire ».

Le Comité populaire est d’avis qu’il faut continuer d’étudier la solution de mixité de fonction pour ce terrain, car l’implantation d'une coopérative d’habitation, d’un jardin communautaire et d’un parc est la meilleure façon de s’assurer d’une qualité de vie pour les résidents et résidentes du quartier.

Ilot Charlevoix

La Ville de Québec est devenue propriétaire du terrain vacant de l'îlot Charlevoix, voisin de l'Hôtel-Dieu, le 30 aout 2017, pour un million de dollars. Selon Régis Labeaume, cette transaction contribuera à l'atteinte de son objectif d'attirer 500 nouveaux résidents et résidentes dans le Vieux-Québec.

Au lendemain de la nouvelle, le comité populaire souhaitait rappeler qu’un projet de coopérative d’habitation a été déposé en 2015 pour le terrain de l’îlot Charlevoix, à la demande de la Ville qui refusait le projet initial sur le terrain de l’école Saint-Louis-de-Gonzague.

L’implantation d’une nouvelle coopérative d’habitation dans le Vieux-Québec serait bénéfique pour le quartier. Notons que la mixité sociale est au cœur même de la formule coopérative. C’est dans cette lignée que le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste demande à l’administration de la Ville d’intégrer un CPE et d’autres projets communautaires au projet de coopérative d’habitation, que ce soit pour le terrain de l’îlot Charlevoix ou pour le terrain Saint-Louis-de-Gonzague, même si ce dernier vient d’être acquis par GM Développement.

Boucherie Bégin

On n’y croyait plus, cependant, l’ancienne boucherie Bégin a bel et bien un nouveau propriétaire. La firme d’ingénierie Genius s’est portée acquéreur de l’immeuble et nous promet une démolition et une annonce rapide. Pour le moment, les demandes de permis de démolition et de construction « sont en cours de traitement et suivent le processus administratif » à la Ville de Québec, précise M. Munger de la firme Genius. La nouvelle construction devrait compter une dizaine d'unités de condos, ainsi qu'un commerce au rez-de-chaussée.

Ça bouge sur le terrain