Par Marie-Ève Duchesne

Le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste a profité de la consultation publique du 14 mars dernier pour faire réentendre sa position dans les dossiers de l’ïlot Saint-Vincent-de-Paul, de l’îlot Lépine et de Saint-Louis-de-Gonzague. Cette consultation, organisée par la Ville de Québec, se déroulait dans le cadre de la réouverture du Programme particulier d’urbanisme (PPU) de la colline Parlementaire (pour plus de détails, lire L’Infobourg de mars 2017, p. 5).

Le Comité populaire a déposé un mémoire relatant différentes préoccupations du groupe quant à l’aménagement des sites d’intérêt visés par ce PPU. Les questions de trame urbaine, de patrimoine, de fonction résidentielle et d’aménagement pour la collectivité avec une vision plus large ont fait partie des points défendus lors de cette consultation.

Expropriation rapide de Saint-Vincent-de-Paul
Le Comité populaire se réjouit de voir apparaître une fenêtre de plus pour que la Ville se porte acquéreur de ce site. Cependant, il exige un engagement clair quant à l’aboutissement de ce projet. Le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste souhaite rappeler que le propriétaire actuel a eu plus que sa chance pour présenter un projet.

Devant l’inaction du propriétaire actuel et ce, depuis plusieurs années, le groupe a réalisé dans les derniers mois une consultation populaire quant à l’avenir de ce terrain. Plus de 380 répondants et répondantes ont donné leur avis par le biais de cette consultation. Les réponses qui ressortent le plus fortement sont : un parc, du logement social et un jardin communautaire. Pour le Compop, l'expropriation est la voie à privilégier, mais pas au profit de n'importe quel promoteur. La consultation a aussi été claire sur un autre point : 91 % des personnes ont dit ne pas vouloir d'un projet d'hôtel sur ce terrain.

Un projet de logement social toujours oublié
Depuis février 2014, le Comité accompagne les membres de la coopérative La Contrescarpe. Comme les terrains sont très rares dans Saint-Jean-Baptiste, le Comité populaire a accepté, d’un commun accord avec les locataires qu’il accompagne, d’élargir la recherche de terrains pour implanter une coopérative d’habitation aux autres quartiers de la Haute-Ville. La coop a alors jeté son dévolu sur les terrains de l’ancienne école Saint- Louis-de-Gonzague et du Foyer Nazareth, dans le Vieux- Québec.

Lors d’une rencontre avec mesdames Julie Lemieux et Chantal Gilbert en début d’année 2015, ces dernières avaient fortement suggéré d’aller explorer l’îlot Charlevoix pour le projet de coopérative disant qu’il serait impossible d’envisager celui-ci sur le terrain convoité par le Comité. S’assoyant avec Action- Habitation de Québec, la Contrescarpe a donc officiellement déposé un projet pour un autre îlot, tel que suggéré. Depuis, et ce malgré différentes tentatives de recontacter madame Lemieux pour un rendez-vous, les requérants et requérantes n’ont jamais eu de retour sur ce projet. Le Comité croit qu’un projet de coopérative répondrait tout à fait aux critères souhaités par l’ajout de ce terrain dans le PPU.

Échéancier rapide
Le PPU de la colline Parlementaire adopté en 2010 a été rouvert afin que des modifications soient effectuées autour de certains sites d’intérêt. Ainsi, les sites de l’école Saint-Louis-de-Gonzague et du Foyer Nazareth y seraient intégrés afin d’être soumis à des critères d’aménagement. Autre modification qui attire l’attention : l’îlot Saint-Vincent-de-Paul et l’îlot Lépine seront, quant à eux, intégrés à un programme d’acquisition d’immeubles par la Ville. Si tout se passe tel qu’annoncé sur le sitee la Ville de Québec, l’adoption par le conseil devrait se faire à la mi-avril pour une entrée en vigueur au mois de mai 2017.

Le Compop se fait entendre lors de la consultation publique