Québec, 20 avril 2017– Le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste dépose aujourd’hui dix plaintes officielles visant quatorze adresses dans le quartier Saint-Jean-Baptiste. Ces plaintes ont été déposées auprès de la Ville de Québec et du Ministère du Tourisme qui est en charge de faire appliquer la loi visant principalement à améliorer l’encadrement de l’hébergement touristique et à définir une nouvelle gouvernance à ce qui a trait à la promotion internationale.

Les membres travaillant sur cet enjeu au sein du Comité populaire ont choisi spécifiquement ces propriétaires parce qu’ils et elles, par leurs pratiques récurrentes, nuisent au caractère résidentiel et au tissu social qui caractérisent le quartier. « Il s’agit de dix propriétaires qui louent un appartement complet à des touristes de façon régulière, constante. Certains des propriétaires visés profitent même de plusieurs adresses sur l’une des plate-forme permettant l’hôtellerie illégale », explique Vincent Baillargeon, permanent au Comité populaire Saint-Jean-Baptiste. Le Comité populaire rappelle que ce type d’activité commerciale, dans le but d’obtenir un revenu régulier, exercée en milieu résidentiel entraine des problèmes de bruit, de troubles de voisinage et d’insécurité, en plus de diminuer le parc de logements locatifs.

Le Comité toujours en action

Depuis maintenant un peu plus d’un an, les membres du Comité populaire sont en action sur cet enjeu. Rappelons la vaste campagne de visibilité et de sensibilisation initiée par l’organisme et le débat organisé par le Conseil de quartier à lequel ce dernier avait pu présenter sa position. Le dépôt officiel des plaintes par les deux voies possibles n’est pas non plus anodin : « Cette sortie officielle se veut aussi une façon de tester les mesures mises en place, tant au municipal qu’au provincial pour faire cesser ce phénomène. Bien que nous ayons une loi qui interdit ce type d’hôtellerie dans les zonages résidentiels, jusqu’à maintenant les offres disponibles ne font qu’augmenter dans le quartier » ajoute Marie-Ève Duchesne, permanente du même groupe.

Le Comité rappelle que simplement pour le quartier Saint-Jean-Baptiste le nombre d’offres de logements entiers est passé de 83 en janvier 2016 à 130 en avril 2017, simplement pour la plate-forme Airbnb. Bien que toutes ces offres ne soient pas nécessairement actives, l’augmentation démontre bien « l’exponentialité » du problème.

*Photo à titre d'illustration seulement.

Hôtellerie illégale et Airbnb : Dix plaintes officiellement déposées