par Yves Gauthier

Depuis juin dernier, les bisexuelLEs de la région de Québec ont leur groupe de discussion qui se réunit mensuellement, et auquel se grefferont bientôt des soirées de rencontre sociale. Ce nouveau service offert aux altersexuelLEs de la région de Québec est un pas de plus pour faire sortir de l’ombre ceux et celles dont les pratiques érotiques ne se limitent pas aux personnes du sexe opposé.

Dirigé par Julie Grenier, le groupe de discussion permet aux personnes bisexuelles de briser leur isolement psychologique et d’échanger sur des sujets qui les touchent. Jusqu’ici, on a abordé des thèmes comme « s’affirmer d’accord; s’afficher, est-ce nécessaire ? » et « entre les deux mon cœur balance ». Dans le premier cas, les personnes présentes ont jugé qu’il n’était pas nécessaire de s’afficher. Lors de la deuxième rencontre la moitié des participantEs disent, en tant que bisexuelLEs, déplorer l’absence d’une personne du sexe différent du conjoint ou de la conjointe, lors d’une relation stable.

Selon Madame Grenier, qui a connu des conjointes mais vit présentement avec un homme, il était plus que temps que les bisexuelLEs puissent se rencontrer directement plutôt que par le biais du réseau Internet. Pour cette joaillière de trente-cinq ans et étudiante en chant classique, la fondation de ce groupe de discussion sert à la fois d’expérience didactique et à dynamiser les membres. Pour la fondatrice de YAZ-Québec, malgré les échecs passés lors de la création d’un tel regroupement, cette fois-ci devrait être la bonne. L’organisme peut compter sur l’utilisation gratuite d’un local de réunion mis à sa disposition par l’Association socio-culturelle gaie de la Capitale Nationale.

Les rencontres ont normalement lieu le troisième lundi de chaque mois au 227, rue Saint-Jean. Pour en savoir plus sur l’organisme et ses activités, il faut consulter le site web www.iquebec.com/yazquebec

==
Extrait du numéro de septembre 2004 du journal l'Infobourg.

YAZ-Québec : Les bisexuelLEs sortent de l’ombre